Certains sont si pauvres qu’ils n’ont que de l’argent (Anonyme)

LA DETTE AMÉRICAINE IMAGÉE…  Impeccable pour en comprendre l’énormité.
Tu le reconnais :  voici le billet de 100 dollars.

Ce billet est sans doute le plus populaire, le billet préféré dans le monde entier. Ce sont ces billets que nous utiliserons pour bâtir les “pyramides” décrites dans cette présentation. Et ça, c’est une liasse de 10 milles dollars :

Cette somme permet de passer de bonnes vacances au bord de la mer ou de s’acheter une petite voiture d’occasion.
Un Terrien moyen doit bosser un an pour la gagner. Et voici 1 million de dollars.

Finalement, ce n’est pas aussi impressionnant qu’on pourrait croire, n’est-ce pas ?

La plupart des habitants de notre planète ne gagneront jamais cette somme de leur vie.
C’est peut-être pour cela que l’expression “Devenir millionnaire” est le rêve de tout petit-bourgeois.
Passons à 100 millions de dollars :

Comme tu le vois, ce montant tient sur une palette classique facilitant sa manutention. On voit à côté, pour comparaison, une liasse de 1 million et une autre de 10 mille dollars. Ouf ! Nous arrivons au milliard de dollars…

Tu as compris: si tu souhaites faire un casse dans une banque pour t’emparer de 1 milliard de dollars, il te faudra un camion.
Et voici à quoi ressemble 1 trillion de dollars :

Note qu’il s’agit de deux étages de palettes de 100 millions de dollars chacune, soit l’équivalent d’un terrain de foot ou d’un  Boing-747-400
(toujours pour comparaison) :

Nous en sommes maintenant à 15 trillions de dollars :

Comme tu le vois, le Boeing est caché derrière cette montagne de dollars, alors que la statue de la Liberté commence à s’inquiéter, car ce montant est inférieur à la dette des États-Unis, qui constitue – tiens-toi bien… :

114.5 trillions de dollars.
La voici, la dette : elle est à droite sur la photo ci-dessous :

Ces 114,5 trillions de dollars, c’est la somme qui manque aux États-Unis pour payer la médecine, les médicaments, les retraites, les frais de Sécurité sociale, la police et toutes sortes de projets militaires que tous les présidents des États-unis adorent.
Or, pour se procurer cette somme, il n’y a que deux options : Soit le gouvernement imprime ces trillions (!) ou  les citoyens américains sortent l’argent de leurs poches.

Et pendant ce temps là, les agences de notation AMERICAINES se donnent le droit de juger l’économie européenne !!!